Langue Française

A la Lumière de la Théosophie

 

Theosophy In the Light of Theosophy 2

[Cet article est paru dans le numéro d'Octobre 2018 de The Theosophical Movement. Pour voir plus d'articles publiés dans cet excellent magazine, cliquer sur ce lien: http://www.ultindia.org/previous_issues.html ]

Quand vous regardez votre reflet dans le miroir, vous êtes conscient de qui vous regarde. Le sens du soi est indubitable. La conscience de soi est l'un des plus grands mystères de l'esprit. Comment a-t-elle débuté, et dans quel but ? Au-delà des êtres humains, il y a quelques animaux qui se reconnaissent dans un miroir. La conscience de soi a peut-être émergé chez les animaux les plus développés, équipés des plus gros cerveaux. Si c'est le cas, alors elle représente le sommet de la complexité mentale - la forme de conscience la plus élevée. Cependant, même si la capacité de se reconnaître dans un miroir est considérée généralement comme un indicateur de la conscience de soi, cette idée est contestée. Par exemple, les psychologues du développement argumentent que cela n'est pas obligatoirement révélateur d'une conscience de soi qui s'étende au-delà d'ici et de maintenant.

" Beaucoup de psychologues et d'anthropologues affirment qu'il existe une hiérarchie de la conscience qui correspond à l'augmentation de la complexité du cerveau." Les animaux doués d'une système nerveux simple et qui font l'expérience de sensations brutes sont considérés comme étant à la base de la hiérarchie. Peu d'esprits sont suffisamment développés pour pouvoir expérimenter le monde différemment - par le biais d'une loupe introspective, et même ceux-ci ont un sens limité du soi. "On ne trouve des esprits capables de construire une vie entière peuplée d'expériences centrées sur le concept abstrait de 'soi' qu'au sommet de la complexité mentale - ce sont les élites. Cette différence en taille et complexité des cerveaux a dû être basée sur les besoins évolutionnaires variés que l'animal a dû résoudre pour survivre.... Il semble qu'il y ait eu une exigence particulière qui a amené l'évolution de cerveaux complexes et qui aurait pu aussi créer les conditions pour l'émergence de la conscience de soi. Ce défi a quelque chose à voir avec les esprits des autres - qu'ils soient des proies, des concurrents ou bien d'autres membres du même groupe social." Pour y arriver, le cerveau a besoin d'évoluer depuis expérimenter simplement des sensations jusqu'à devenir leur observateur.

La conscience de soi est peut-être, apparemment, une phénomène complexe qui émerge du cerveau. L'esprit peut collecter l'écho des milliards de neurones qui communiquent ensemble au travers de signaux électriques. Les signaux circulent en suivant différents réseaux de connexions, mais quelques trajets sont bien tracés. Chez les humains, les connexions prédominantes semblent être celles utilisées pour observer les autres esprits - ce sont les mêmes connections utilisées pour nous observer nous-mêmes. Ce qui en émerge est un comportement qui semble constant. Pour vous, c'est votre sens du soi. Par conséquent, notre cerveau fait apparaître le sens de soi. Sofia Deleniev, étudiante en thèse à l'Université d'Oxford, a écrit que la conscience de soi n'est pas l'apogée de la conscience, que c'est juste un produit dérivé, accidentel, de l'évolution, et un produit de l'imagination de nos esprits (New Scientist, 8 Septembre 2018).

Read more: A la Lumière de la Théosophie

Editorial - L’Avidité est une maladie

Jan Nicolaas Kind – Brésil

La plus détestable des maladies de ce monde aujourd’hui est l’avidité. Le virus de l’avidité a complètement infecté nos comportements, et, plus grave, notre façon de penser.

L’avidité a influencé nos manières d’interagir avec les autres, avec l’environnement, la politique, l’éducation, la religion, nos comportements sexuels. Les humains sont même prêts à partir en guerre à cause de l’avidité ; cela a fait de nous des terriens corrompus.

The Society A 2 ebenezer scrooge

Dans la plupart des dictionnaires, l’avidité est définie comme : un désir intense et égoïste pour quelque chose, plus particulièrement pour une bonne santé, du pouvoir, de la nourriture, ou d’autres possessions .

J’ai trouve, sur un site web qui ne mentionne pas le nom de l’auteur, la citation suivante :

« L’argent et l’avidité sont des forces puissantes qui deviennent des influences corruptrices sur les gens et leur environnement. Comme l’argent est synonyme de pouvoir, les gens riches sont considérés comme ayant plus de pouvoir, leur donnant ainsi une forme d’autorité sur les pauvres. Cela crée une séparation dans les différentes couches socio-économiques, qui, au bout du compte, génère des inégalités dans la communauté. A cause de ceci, l’avidité entre en jeu, causant le chaos quand le fait, pour une personne, d’obtenir ce qu’il veut, engendre la violence. La corruption apparaît comme le résultat de ceux qui, ayant une plus grande autorité, sont capables d’abuser de leur pouvoir et de s’en tirer. »

L’avidité est l’un des sept défauts de base ou trait de caractère négatif de la personnalité. Nous possédons tous ce potentiel, ces tendances pour l’avidité, mais, chez certaines personnes qui ont particulièrement peur de manquer de quoi que ce soit – privation – l’avidité peut devenir une obsession.

Read more: Editorial - L’Avidité est une maladie

Mini-entretien Bruno Carlucci

The Society MI 10 Bruno

1. Quel est votre nom, d’où venez-vous, et depuis combien de temps êtes-vous membre de la ST ?

Je m’appelle Bruno Carlucci, et je viens de Brasilia, au Brésil. Je vis actuellement entre Sao Paulo et Brasilia. Je ne suis officiellement membre de la ST que depuis 2016. Mais je me vois comme un collaborateur plutôt qu’un membre au sens d’être rattaché à une institution. J’étudie la Théosophie depuis 2005, et j’ai aussi été membre d’autres petits groupes focalisés sur l’étude et les pratiques du Bouddhisme Mahayana, ainsi que du Gnosticisme Chrétien primitif, tout en prenant en compte les contributions de la littérature théosophique dans l’étude de ces traditions.

Read more: Mini-entretien Bruno Carlucci

Les Dimensions de la Spiritualité Intérieure – Ouvrages d’art

Kate Blalack - Etats-Unis


Unknown 3

L’artiste

Kate est une merveilleuse jeune femme de l’Oklahoma, qui, pendant quelques années, a contribué aux publications de Theosophy Forward, comme compositrice et assistante éditrice. Elle est très talentueuse et créative et nous avons la chance qu’elle accepte de mettre à disposition quelques unes de ses œuvres pour nos lecteurs, dans ce numéro et les suivants.

Elle travaille avec le royaume des élémentaux, ce qui devrait sembler familier aux les théosophes. Toutes ses créations sont des impressions surréalistes de son dialogue avec les mondes de l’astral. Depuis très jeune, elle a été fascinée par les franges extérieures de la réalité, les endroits où le rêve, l’imagination et la vision se mêlent. Si ses créations peuvent hanter certains lecteurs, ce n’est que parce qu’elle force la personne à se confronter avec la magie très profonde et puissante de leur propre esprit. Elle s’efforce de rendre visuel l’invisible (i.e. l’occulte) dans la vie de tous les jours. Les tableaux sont accompagnés d’explication par Kate.

Read more: Les Dimensions de la Spiritualité Intérieure – Ouvrages d’art

Le son et la tonalite

William Quan Judge – Etats Unis

Theosophy Sound and Tone 2

Le mot « tonalité » est dérivé des mots latin et grec qui signifient son et ton. En grec, le mot « tonos » signifie « étirer » ou « forcer ». Le mot « tonalité », nature du son, est utilisé pour exprimer toutes les variations telles que des sons hauts, bas, aigus, graves, doux, dur. En musique, cela donne une qualité particulière au son produit, et cela permet de distinguer un instrument d’un autre ; on parlera d’une tonalité riche, ou bien haut et fin. En médecine, cela désigne l’état du corps, plus dans le sens de sa force (tonus), en faisant référence à la force ou la tension. Il n’est pas difficile de relier l’utilisation du mot en médecine avec la résonance divine dont nous parlons, car l’on peut considérer la tension comme une vibration, ou une quantité de vibration, par laquelle le son est capturé par l’oreille. Et si l’ensemble du système descend graduellement de telle manière que la tonalité est abaissée sans s’arrêter, le résultat sera en bout de compte la dissolution pour cet ensemble de molécules.

Read more: Le son et la tonalite

Editorial - Ce qu'est Theosophy Forward

Jan Nicolaas Kind – Brésil

 

The Society A 2

Le premier numéro de Theosophy Forward est paru en Février-Mars 2009, et depuis, plusieurs centaines d'articles y ont été publiés . La période de temps qui a suivi les premières publications, il y a quelques neuf ans, n'était pas une période calme. La ST-Adyar venait juste de vivre une élection pour le Président International très tumultueuse. Partout dans la communauté, il y avait beaucoup d'animosité, d'incompréhension, de désordre et de méfiance. J'ai pu voir des amitiés vieilles de plusieurs années se détruire à cause de tout ce chaos. Mon unique intention avec le magazine était d'apporter de la lumière dans cette obscurité apparente. Je n'avais absolument aucune expérience dans la manière de piloter un magazine numérique, alors j'ai dû apprendre vite. En ces premiers jours, mon frère Hans, en Hollande, a aidé en hébergeant le site et John Algeo, aux USA a été celui qui, à sa manière, m'a enseigné comment éditer, écrire et assurer toutes les tâches d'une éditeur en chef. Un autre excellent associé pendant les premières années, qui mérite définitivement d'être cité ici, a été Anton Rozman, de Slovénie, qui a produit pendant quelque temps de magnifiques livres numériques pour Theosophy Forward. Ces joyaux sont toujours disponibles dans les archives de Theosophy Forward. Malheureusement, Anton a dû stopper sa collaboration avec nous en 2014.

 

Read more: Editorial - Ce qu'est Theosophy Forward

Cercles Concentriques : Pourquoi j'apporte mon support à ITC (International Theosophy Conferences)

Jonathan Colbert – Etats-Unis

The Society JC 2 KADINSKY Squares With Concentric Rings

Les Cercles Concentriques de Kadinsky

Dans notre monde, nous sommes les témoins de tellement de disputes acharnées et apparemment sans issues, dans le style Caïn et Abel. Par exemple entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi entre l'Inde et le Pakistan, entre les deux Corées, les Protestants et les Catholiques, les Shiites et les Sunnites, la Droite et la Gauche. A l'inverse, ce Mouvement Théosophique unique, pionnier, porté vers le futur, qui est le nôtre, est le premier à s'organiser autour de principes abstraits, universels - bien au-dessus des différences comme les castes, credos, races ou nationalités. En se focalisant plutôt sur la solidarité inconditionnelle entre les membres de la race humaine en tant que globalité, ce mouvement pourrait être le dernier et meilleur espoir de l'humanité pour adoucir la violence, et soigner les profondes blessures de ce monde. De même, nous reconnaissons qu'en tant que Théosophes, il nous incombe de nous rassembler, et de nous entendre entre nous. Nous adhérons à la responsabilité particulière qui consiste à venir en aide aux Théosophes, quoi que soit ce qui semble nous séparer. Rien qu'avec la connaissance de l'idéal sacré de Fraternité Universelle, je pense que c'est notre mission d'en montrer l'exemple.

Quand les Théosophes, en particulier quand ils proviennent de différentes organisations, s'engagent à travailler ensemble, apparaissent inévitablement de fortes forces orientées vers la perturbation et semant la zizanie. Parce qu'il est possible de faire, à l'image du laser, de grandes percées quand les supposées différences sont mises de côté pour pouvoir élargir le cercle, et parce que le courant créé et amplifié par la convergence des affluents peut dynamiser le potentiel existant - les forces d'inertie vont d'autant plus apparaître. De plus, l'intensité des motivations pour une telle coopération, en matière de pureté et d'absence d'égoïsme, ainsi que le désir intense de servir l'humanité - est particulièrement ce qui va éveiller de fortes forces de doute, de déstabilisation et de dénigrement.

La Fraternité, in actu, étant avant tout révolutionnaire, défie directement la zone de confort du status quo ante. Pour que les organisations théosophiques soient capables de travailler ensemble, les individus qui composent chacune d'elles vont devoir faire appel aux mêmes facultés révolutionnaires en eux-mêmes : la force de la magnanimité inconditionnelle, la force de l'imagination créatrice, et cette force que les vrais serviteurs de l'humanité convoitent, la capacité d'apparaître aux yeux des autres comme rien.

Read more: Cercles Concentriques : Pourquoi j'apporte mon support à ITC (International Theosophy Conferences)

Text Size

Paypal Donate Button Image

Subscribe to our newsletter

Email address
Confirm your email address

Who's Online

We have 400 guests and no members online

TS-Adyar website banner 150

itc-tf-default

TS Point Loma/Blavatsky House

Vidya Magazine

TheosophyWikiLogoRightPixels