Langue Française

HÉLAS et la suite – Les conditions d’une véritable union

Henry Travers  Edge

LUCIFER

[Note de l'éditeur : Dans la série « Hélas et la suite » , un article historique et très pertinent écrit par H. T. Edge (1867-1946). Il fut l'élève personnel d'Héléna P. Blavatsky, auteur prolifique sur des sujets théosophiques et il consacra quelque cinquante-huit ans de sa vie au travail théosophique. H.T. Edge était un membre de longue date de la communauté de Point Loma-Covina (États-Unis)]

+++++++

L'harmonie résulte de l'analogie entre les contraires, dit Éliphas Lévi, et toute stabilité se fonde sur l'antagonisme ou la polarité. Un aimant n'est un aimant que parce qu'il a deux pôles opposés ; sans la présence simultanée de deux corps dissemblables, aucune électricité n'est générée.

La Société Théosophique aspire à être un corps harmonieux et stable, et sa permanence en tant que telle dépend de l'existence d'antagonismes d'opinion entre ses membres. L'uniformité de croyance produirait une église, car une église est un corps formé pour soutenir certaines doctrines fixes, et la différence d'opinion constitue une hérésie et conduit inévitablement au schisme.

Mais la Société Théosophique n'est pas une église ; il enseigne la défense de la vérité, pas un aspect particulière de la vérité ; et la vérité est multiforme et implique ce qui aux esprits superficiels semble des paradoxes irréconciliables.

Par conséquent, dans la Société théosophique, nous devons être prêts à trouver les points de vue les plus opposés défendus par les différents membres, une diversité d'opinions qui, dans une église, serait instantanément fatale, mais qui est la force de la Société. Toute la vérité ne peut pas être reflétée dans un seul esprit humain, et ses différents aspects, dont beaucoup sont des aspects polaires, doivent donc être reflétés dans de nombreux esprits.

Cette circonstance est considérée par l'observateur superficiel comme un motif de schisme, et a sans doute été pour certains un motif pour quitter la Société, tandis que pour d'autres, elle a été l'incitation à des tentatives ardues et malavisées pour amener tout le monde à la même façon de penser, et réconcilier l'inconciliable.

Pour le penseur profond, cependant, le fait que les membres aient des vues antagonistes ne peut être une raison pour leur éloignement mutuel, car c'est le cœur qui est le véritable lien d'union, pas la tête.

Lucifer, 1894, v. 15, n. 87, p. 200-201.

Link to English version :

https://www.theosophyforward.com/articles/the-society/3049-the-conditions-of-true-union

Text Size

Paypal Donate Button Image

Subscribe to our newsletter

Email address
Confirm your email address

Who's Online

We have 460 guests and no members online

TS-Adyar website banner 150

EUROPEAN SCHOOL OF THEOSOPHY 2021 Logo

itc-tf-default

Vidya Magazine

TheosophyWikiLogoRightPixels