Langue Française

Le Cycle de la Force, la Justice et l’Unité

Douglas Keene – Etats-Unis 

Theosophy DOUG 2 Keene a  

Douglas Keene, qui a succédé l'année dernière à Barbara Hébert à la présidence de la Société Théosophique d'Amérique

Lorsque nous considérons la relation entre la force et l’unité, nous devons également considérer la justice, car la justice est le résultat de la force et mène à l’unité. En fait, chaque qualité peut être considérée comme un pont essentiel dans le cycle, la force menant à la justice, la justice menant à l'unité et enfin, l'unité retournant à la force. L'amour est le liant qui maintient la roue dans son alignement. Chaque fois que la justice est faite, la force et l’unité augmentent. Lorsque la force se manifeste, la justice est possible. Lorsque nous voyons la force et la justice, l’unité suit généralement.

Helena Blavatsky, l'une des trois cofondatrices de la Société Théosophique, écrit dans son livre La Clé de la Théosophie : « Les objectifs les plus importants de la Théosophie sont ceux qui sont susceptibles de conduire au soulagement de la souffrance, sous n'importe quel terme, et sous tous les termes, qu’ils soient moraux ainsi bien que physique.

Il est impératif que la Théosophie soit rendue pratique dans le monde extérieur. Cela peut se manifester notamment par la force des intentions morales et la mise en œuvre de la justice et de la compassion. Nous pouvons avoir l’impression que les gouvernements n’agissent pas en notre nom, mais nous sommes alors obligés de faire des choix qui peuvent remplacer ceux qui sont au pouvoir, en particulier dans les démocraties. Bien sûr, cela n’est pas possible au niveau individuel, mais en s’unissant à des personnes partageant les mêmes idées, des changements peuvent survenir.

Nous ne devons pas sous-estimer notre influence, car nombreux sont ceux qui recherchent une voix claire et expérimentée pour les diriger. Nous pouvons également examiner nos actions dans le contexte de notre lieu de travail et de notre famille et réfléchir aux motivations qui nous amènent à ces actions. Sont-ils altruistes ou y a-t-il un motif caché qui peut nous être bénéfique ? Nous devrions tenter de supprimer les filtres de l’intérêt personnel. Nous devons lutter pour la pureté et l’altruisme, d’abord avec nous-mêmes, puis pour aider les autres.

Quand nous parlons de justice, qu’entendons-nous exactement ? Est-ce une conformité aux lois humaines et au gouvernement ? Ou existe-t-il un code moral plus élevé que nous devons suivre ? Martin Luther King a dit : « L'injustice, où qu'elle soit, est une menace pour la justice partout. Nous sommes pris dans un réseau de mutualité incontournable, lié à un seul vêtement du destin. Tout ce qui affecte directement un individu affecte tous indirectement.

S'agit-il d'une simple hyperbole rhétorique, ou est-ce littéralement exact que chaque injustice n'est pas seulement une menace pour le bien commun, mais diminue notre position et notre direction morales ?

Bien entendu, la force peut être utilisée de manière positive ou négative. Blaise Pascal a écrit : « La justice et le pouvoir doivent être réunis pour que tout ce qui est juste puisse être puissant, et tout ce qui est puissant puisse être juste. »

Comment pouvons-nous exercer le pouvoir dans un environnement juste ? Faut-il laisser cela aux tribunaux en tant que représentants dans le domaine juridique ou cela s'applique-t-il également à nos propres décisions dans la vie quotidienne ? La justice peut être subjective et varier selon la perspective.

Helena Blavatsky a écrit un court passage intitulé Les Marches d’Or pour son cercle restreint d'étudiants, résumant succinctement les directives pour une vie spirituelle. La 12ème recommandation est une « défense vaillante de ceux qui sont injustement attaqués ». Nous devons défendre ceux qui sont persécutés et attaqués injustement. Il est courant de s'engager dans une « politique identitaire » où un groupe social se bat pour ses droits dans notre système sociopolitique. Il est donc rare d’entendre parler des droits des homosexuels, des droits des femmes, des droits des minorités, etc. En fait, ce sont tous des droits de l’homme auxquels toute l’humanité morale devrait se consacrer. Nous devons nous lever lorsque les droits d’autrui sont bafoués, car l’unité est plus forte et les jugements à cet égard doivent être recherchés de manière équitable envers tous.

En raison de cette expression universelle de la vie et du fait que nous sommes tous liés dans un sens spirituel profond, nous devons réaliser que tout préjudice causé à l’individu affecte également le tout. À l’inverse, le partage de l’amour, de la compassion et de la joie élève les autres, directement ou indirectement.

Ce sentiment est peut-être mieux exprimé par Annie Besant, une des premières autrices théosophiques et deuxième présidente de la Société internationale. Elle écrit dans son livre L'Énigme de la Vie (Chapitre 1, page 3) : « en morale, la Théosophie bâtit ses enseignements sur l'unité, voyant dans chaque forme l'expression d'une vie commune, et donc le fait que ce qui nuit à l'un nuit à tous. . Faire le mal, c’est-à-dire jeter du poison dans le sang de l’humanité, est un crime contre l’unité ».

Évitons tous ce poison qui est un crime contre l’unité et trouvons la force de rendre la justice dans le monde entier.

+++++++

Le jeudi 4 janvier, lors de la dernière Convention internationale tenue à Adyar, Douglas Keene a participé à une intéressante séance de questions-réponses avec Tim Boyd, Deepa Padhi et Pradeep Gohil.

Cliquez sur la photo ci-dessous, prise lors de ce créneau, pour la visionner. 

DOUG3 Copy

(en fonction de votre région, vous devrez peut-être ignorer l'annonce)

Text Size

Paypal Donate Button Image

Subscribe to our newsletter

Email address
Confirm your email address

Who's Online

We have 499 guests and no members online

TS-Adyar website banner 150

itc-tf-default

Vidya Magazine

TheosophyWikiLogoRightPixels